Martine Laurier

Mon histoire

Je suis une policière retraitée qui a été en service pendant 29 années au sein du corps de police de la ville de Montréal. Durant ma carrière policière, j’ai développé un Trouble de l’anxiété accompagnées de difficulté d’adaptation. J’ai vécu deux crises suicidaires accompagnés d’hospitalisation en psychiatrie. Pourtant, malgré tout ce que l’on a pu dire sur moi, je ne suis pas folle, j’ai juste une maladie qui est maintenant reconnu et qui est sous le contrôle de la médication depuis presque 20 ans.

Je suis une personne de cœur, qui a un vécu et un passé souffrant. Je ne porte plus aucune veste pare-balles ou de carapace de protection. Je livre maintenant ouvertement et honnêtement qui je suis, après avoir passé des dizaines d’années à me cacher derrière un masque.

Je n’ai plus peur du jugement, de l’étiquette ou du rejet. Je l’ai vécue, je sais ce que c’est d’être classée marginale. Je sais ce que c’est de perdre son statut, son estime de soi et sa confiance jusqu’à vouloir se suicider parce l’on souffre trop.

À 55 ans, je me connais mieux, je suis une personne qui va bien, je m’accepte comme je suis et avec transparence. Ma vie est plus facile et légère, j’ai les épaules beaucoup moins lourdes depuis que mon masque et mes tabous sont enlevés.

Aujourd’hui ma mission dans la vie est d’aider les autres avec mon histoire, mais surtout ceux qui vivent avec le poids d’un uniforme. Je souhaite avant toute chose faire une différence dans la compréhension de la santé mentale. Il faut en parler, ne plus en faire un sujet tabou ou caché autant en ce qui nous concerne qu’envers ceux que nous côtoyons dans notre vie de tous les jours. Je souhaite aider des êtres humains qui souffrent en silence et qui pourraient avoir la tentation de prendre une solution permanente comme le suicide pour soulager leur souffrance temporaire.

Je fais de la sensibilisation depuis maintenant 3 ans, j’ai rencontré au-delà de 1,000 policiers dans ma communauté policière, j’ai fait des conférences aux militaires et aux étudiants en technique policière. J’ai participé à une émission de télévision et à chaque fois que je raconte mon histoire, je le fais juste pour sauver des vies humaines.

Je partage mon vécu et la souffrance de mon parcours afin de faire voir la lumière au bout du tunnel.